La diversité des écosystèmes

Qu’est-ce qu’un écosystème ?

Un écosystème se définit par une communauté d’êtres vivants (la biocénose), par le milieu dans lequel ils vivent (biotope) et par les interactions des organismes entre eux et avec leur environnement.

On peut écrire : écosystème = biocénose + biotope.

Chaque organisme vivant y exerce des fonctions spécifiques. C’est pourquoi il est devenu courant de définir un écosystème par ses groupes fonctionnels, c’est-à-dire par les groupes d’espèces qui assurent la même fonction au sein de l’écosystème (décomposition, assimilation de nutriments, production, consommation, etc.).

Qu’est-ce que la diversité des écosystèmes ?

A une diversité de conditions climatiques, physiques et chimiques, répond une grande diversité d’écosystèmes, naturels ou anthropisés. Forêt, montagne, champ cultivé, étang ou bout de bois mort se retrouvent imbriqués les uns dans les autres, avec des frontières difficiles à délimiter. Ils partagent matière et énergie au travers de processus écologiques et d’interactions diverses entre les espèces qui les composent. Etudier des écosystèmes revient à s’intéresser à l’ensemble des relations au sein des communautés d’espèces et entre ces espèces et leur environnement.

JPEG - 127.9 ko
JPEG - 125.5 ko
© C. Pastorelli
JPEG - 122.5 ko
© C. Pastorelli


La diversité des écosystèmes correspond à la variété et la variabilité des habitats et des communautés dans le temps et l’espace, mais aussi aux multiples relations au sein de ces communautés d’espèces et entre ces espèces et leur environnement.

Ajoutons que chaque écosystème change au cours du temps, soumis à une dynamique interne (mortalité et renouveau des cortèges d’espèces qui le composent).

Un exemple, La dynamique forestière

La dynamique forestière débute dans les milieux ouverts (champs à l’abandon, lande, pelouse). Une succession s’installe : colonisation des espèces arbustives pionnières qui conduisent à la disparition des herbacées, le milieu s’assombrissant. Puis arrivent les premières espèces arborescentes ( pin, bouleau, érable, frêne… selon les caractéristiques du milieu) qui modifient le sol par leurs présences, entrainant progressivement la formation d’un sol forestier. Alors, des espèces comme le chêne peuvent pousser. Elles demandent de la lumière et sont plus exigeantes en termes de sol que les précédentes. Mais elles ne constituent qu’un stade intermédiaire : elles créent une ambiance plus sombre sous laquelle de nouvelles espèces vont prospérer : les espèces d’ombre (le hêtre surtout). Plus le peuplement est vieux, plus celles-ci seront présentes.