Accueil > Éducation à la biodiversité

Éducation à la biodiversité

L’érosion de la biodiversité est aujourd’hui un fait avéré, étayé scientifiquement : on peut en mesurer le rythme, l’accélération qu’il traduit.
Cette crise du vivant représente, avec les changements climatiques, l’un des deux défis environnementaux majeurs de ce siècle. Nos modes de consommation sont en cause et doivent être remis en question. Il en va, sinon de notre avenir proprement dit, du moins de la qualité de vie que celui-ci sera en mesure de nous offrir, à nous, nos enfants et petits-enfants.

Pourquoi faire de l’éducation à la biodiversité et à ses enjeux une priorité ?

(1) Parce que la biodiversité, le tissu vivant de la planète, est quelque chose d’extraordinaire – parce que c’est unique !

(2) Parce que c’est notre famille, notre cadre de vie, la source de tout ce qui nous est nécessaire – parce que nous en avons besoin !

(3) Parce que ce tissu vivant planétaire, nous le déchirons inconsidérément, réduisant d’autant nos capacités d’adaptation aux changements – parce que nous scions la branche sur laquelle nous vivons !

Oui, la biodiversité, fruit de 3, 8 milliards d’années d’évolution, est extraordinaire, un véritable tissu d’inventions – des formes vivantes capables de se perpétuer pendant des millions d’années en dépit de changements, crises, catastrophes qu’il leur a fallu traverser. Profitons des leçons qu’elles nous donnent – et des plaisirs qu’elles nous apportent.

Oui, nous avons besoin de la biodiversité.
D’où vient ce que nous mangeons – tout ce que nous mangeons ? D’où provient l’essentiel des substances actives de nos médicaments sinon de sources animales, végétales ou microbiennes ? De quoi sont faits nos vêtements, soie, lin, laine, cuir ou coton ? Qui a fabriqué ce que nous appelons les combustibles fossiles ? Qui, le calcaire dont nous faisons maisons, églises ou cathédrales ?
Oui, tout cela se démaille à grande vitesse : forêts tropicales et récifs coralliens – hauts-lieux de la biodiversité planétaire – ne cessent de reculer, menaçant la survie de quantités d’espèces terrestres et marines ; 1 bactérie sur 3, 1 mammifère sur 4 et 1 oiseau sur 8 sont menacés d’extinction ; et l’agro-biodiversité, c’est-à-dire la diversité des variétés de plantes et d’animaux que nous cultivons ou élevons, part en quenouille, accroissant l’insécurité alimentaire qui menace les 9 milliards d’humains que l’on attend pour 2050.
Trois grandes familles de raisons pour faire de l’éducation à la biodiversité une priorité mondiale. Ne s’agit-il pas de l’avenir de nos enfants ?
Alors faisons les aimer la magie du vivant. Sa puissance et sa fragilité. Sa simplicité évidente et sa complexité. Une école de sensibilisation et de formation à la créativité, à la solidarité, au respect de l’autre.

Un enseignement qui traverse toutes les matières, toutes les frontières.
L’enseignement dont nous avons besoin pour réussir le XXIe siècle – celui qui ouvre le troisième millénaire !

Robert Barbault, président du comité français du MAB de 2002 à 2013